La marmotte « version mongole »

          Nous avions lu dans le Lonely Planet « Si vous en avez l’occasion, ne manquez pas de déguster une marmotte à la broche, régal des steppes ». Nous n’étions pas forcément convaincus d’avoir cette opportunité durant notre voyage, pourtant cela arriva. A l’exception, qu’elle ne fût pas cuisinée à la broche mais au chalumeau. 

Installés au bord de la rivière, nous avions justement prévu de faire un barbecue et avions acheté pour l’occasion  500 grammes de bœuf. Cela était d’autant plus spécial que nous ne consommons que très rarement de la viande depuis le début de notre voyage. Avant d’avoir mis en place quoi que se soit, un mongol vint nous demander si nous n’avions pas un fil de fer à lui donner. Si. Sur ce, il nous invita à manger de la marmotte avec son jeune fils. Simon et moi partons enthousiastes à l’idée, d’une part, de partager un repas avec des mongols, et d’autre part, de manger de la marmotte pour la première fois de notre vie.

Nous découvrons alors les deux peaux de marmottes posées au sol, toutes aplaties, ceci pouvant s’expliquer par le fait qu’il y avait, juste à côté, un bol remplit d’os et de viande. Le père les avait préalablement vidées donc. Précision : la « fourrure » est intacte, l’animal a toujours ses quatre pates mais plus sa tête. Cette première vision de marmottes sans tête, assez difficile à supporter (dans mon cas), me rappela que la viande que nous achetons sous cellophane est bien au départ un animal vivant. Nous n’étions pourtant qu’au début de notre découverte de la recette « la marmotte version mongole ».

Il récupéra les peaux de marmotte et les remplit des os et de la viande (préalablement triés), de pommes de terres et de carottes (en petite quantité) et de nombreuses pierres chaudes (sorties du feu). Puis, il chauffa le fil de fer qu’il était venus nous demander, le passa rapidement dans l’eau froide, et se dépêcha de fermer la marmotte au niveau du cou. Après avoir grossièrement enlevé son pelage, il se mit à cuire la marmotte de manière spectaculaire à l’aide d’un puissant chalumeau. Il faut donc nous imaginer, Simon et moi, en plein milieu de la forêt, l’air abasourdis, en compagnie de deux mongols, le père et le fils, en train d’assister à la cuisson au chalumeau d’une marmotte sans tête, qui, grâce à la pression, est en train de gonfler…Alors là, le Lonely Planet nous avait pas tout dit…

Bon ok, elle est cuite, ça donne un drôle de résultat visuel ; mais c’est cuit. Au départ, on était quand même venus là pour goûter de la marmotte, c’est pas maintenant qu’on va se dégonfler. Il l’ouvre au niveau du ventre, d’où jaillit un liquide que le fils s’empresse de récolter dans un bol. Il en prend une grosse gorgée et me le tend avec empressement. Je goûte, j’aime pas, Simon me dit de faire semblant d’apprécier le breuvage que nous allons tous partager, c’est pourtant ce que je croyais être en train de faire mais faut croire que j’ai échoué. Simon, quant à lui, apprécie, s’attendant à un goût plus fort. Ensuite, on choisit une pierre chaude sortie de l’animal, puis on la fait passer de l’une de nos mains à l’autre. On a alors les mains toutes grasses. Moment ludique pour les occidentaux, c’est une manière de protéger certains de nos organes pour les mongols. Ensuite, vint le moment de goûter la viande…Nous fûmes d’abord surpris du peu de viande présent sur les os, puis de la dureté de celle-ci, quasi caoutchouteuse. Simon est ensuite tombé sur un morceau plus fourni en viande, quant à moi, je me suis focalisée sur les légumes. Une fois l’intérieur vidé, la peau (qui faisait alors office de cocotte minute jusqu’à présent), est à son tour découpée est mangée dans son intégralité. En ce qui nous concerne, on s’est contentés de manger la viande à l’intérieure.

Je précise, qu’en parallèle à cela, dans les braises du barbecue, nous avions mis notre viande et nos pommes de terre à cuire; désireux de partager également ce que nous avions. La viande ne fût pas plus tendre…Et les pommes de terres jamais cuitent…A cela nous avions ajouté de la moutarde à l’ancienne et de la sauce andalouse. A notre tour nous leur faisions découvrir quelque chose même si c’était beaucoup moins spectaculaire. Nous avions également apporté des herbes de Provence. Simon voulut faire sentir le pot au jeune mongol, qui ne comprit pas et s’empressa de prendre une bonne pincée de celles-ci et de l’avaler tel quel. Une expression de dégoût s’afficha sur son visage…Normal, des herbes de Provence dégustées de cette manière là c’est pas le meilleur. Bref, entre deux cultures, il y a parfois un monde. Heureusement, on s’est rattrapé en ayant l’idée de lui faire fondre quelques « Machmalos » sur une fine branche d’arbre. Cette fois, ce fût énormément apprécié… Puis ils sont partis, on est restés là avec nos morceaux de marmottes qu’ils nous avaient laissé, les restes de nos petits morceaux de viande à nous, nos pommes de terres pas cuites ; et les vaches qui nous entouraient…En fait, on avait faim.

Et je conclurai d’ailleurs que nous avons eu faim en Mongolie en général…

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

12 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. Boudin
    Août 15, 2012 @ 19:52:28

    yuk! rien qu’à le voir en photo c’est assez gore quand même! vous avez au moins le mérite d’avoir goûté 😉

    Réponse

  2. Pau
    Août 15, 2012 @ 21:32:36

    Sweet baby Jesus

    Réponse

  3. Karen
    Août 16, 2012 @ 10:30:46

    Mais ils l’ont vidée entièrement par la tête? C’est fort quand même!!

    Réponse

  4. bricolagenocturne
    Août 21, 2012 @ 10:48:06

    Pouah énorme le repas, merci pour les photos ça complete bien votre récit

    Réponse

  5. lagatou
    Août 22, 2012 @ 15:05:09

    wouhaou alors là chapeau! Jimagine trop ta tête anaïs! Mdr

    Réponse

  6. sim
    Août 27, 2012 @ 08:04:24

    et ils les chassent comment ?

    Réponse

  7. maria
    Août 29, 2012 @ 13:48:55

    mdr c’est enorme, tu m’avais raconté anais mais c’est clair que de voir les photos ca aide 🙂

    Réponse

  8. Rétrolien: Les marmottes de Mongolie – Happy Apicius, Le blog du fonds gourmand

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Enter your email address to follow this blog and receive notifications of new posts by email.

Rejoignez 29 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :